Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 00:00

DSCN1882#001 

En Provence, dans beaucoup de familles, la fête de la Nativité ne peut se concevoir sans les 13 desserts, le "gros souper", servi après la messe de minuit. Difficile de mettre tout le monde d'accord sur la composition de ces 13 desserts. Petit tour sur la toile pour essayer d'y voir plus clair.

Wikipedia nous apprend que "La première mention des treize desserts n'apparaît qu'en 1925. Dans un numéro spécial de Noël du journal La Pignato, un écrivain d'Aubagne, le docteur Joseph Fallen, majoral du Félibrige, affirme : « Voici une quantité de friandises, de gourmandises, les treize desserts : il en faut treize, oui treize, pas plus si vous voulez, mais pas un de moins ». Dans son énumération, viennent en tête les pachichòis, autre nom des quatre mendiants (figue, amande, noix et raisin sec) qui doivent servir pour faire le nougat du pauvre ou nougat des capucins. Suivent les noisettes, les pistaches, et le raisin muscat. Puis viennent les sorbes, les dattes, les pommes, les poires, les oranges et « le dernier melon un peu ridé ». La liste s'allonge avec les grappes de clairette, les pots de confiture, l'eau de coing, les châtaignes au vin cuit. Puis arrivent les desserts de tradition, la pompe à l'huile d'olive, la fougasse, les oreillettes, les nougats blanc, noir et rouge, les petits biscuits et les sucreries et même du fromage.

Le site www.gralon.net  précise que « cette tradition méridionale est relativement récente car elle est apparue à Marseille à la fin du XIXesiècle, mais elle reprend des coutumes plus anciennes datant du XVIIe siècle. A cette époque, le nombre de desserts servis pour le réveillon de Noël variait selon les régions. La tradition s’est étendue ensuite à toute l’Occitanie ; on la retrouve même jusqu’en Catalogne. La tradition a été codifiée par le Félibrige, associations de poètes DSCN1884#001provençaux créée par le poète Frédéric Mistral. »

Ce même site ajoute que « Les treize desserts servis le 24 décembre ont tout d’abord une signification symbolique chrétienne. Le chiffre treize fait ainsi référence à Jésus et ses douze apôtres, tandis que les fruits secs, ou mendiants, traditionnellement servis représentent les ordres monastiques. Les fruits qui figurent parmi les 13 desserts peuvent aussi être interprétés comme des symboles de renaissance faisant référence à une tradition païenne très antérieure à Noël. En effet, la date du 24 décembre  était pour les païens la fête du solstice d’hiver. »DSCN1885#001

Tout le monde est d’accord sur le nombre treize, mais la liste, elle, fait débat. Un large débat même !

Pour mettre tout le monde d'accord l'Union des calissonniers d'Aix a déposé en 1998 une liste "officielle" qui donne la composition de ces 13 desserts.

(Informations trouvées sur www.ciao.fr )

- Les dattes

- Le gibassié (ou pompe à l'huile)

- Le nougat blanc ( petit morceau valeur d'une cueillere à café)DSCN1883#001

- Le nougat noir

- Les amandes

- Les figues

- Les raisins secs

- Les noix (ou noisettes)

- Les calissons d'Aix

- La pâte de coing ( ou autre confiture)

- Le raisin blanc (servan)

- Le melon de Noël (Verdau)DSCN1884#001

- Les oranges (ou les mandarines).


www.gralon.netprécise qu’on peut ajouter parfois d’autres desserts non officiels comme

les truffes en chocolat. Dans le Comté de Nice, les desserts traditionnels comprennent la pâte de coing, la fougasse à la fleur d’oranger, la tourte de blette et, parfois, les bugnes.

Le site www.rene-84.com nous donne la liste des desserts suivante :

 - une pompe à l’huile (le gibassié ou la fougasse à Arles). La « poumpo » est à base de fleur de
 farine, d’huile d’olive, d’eau de fleur d’oranger et de cassonade.DSCN1885#001

Peuvent figurer également : la galette au lait parfumée au fenouil et au cumin, les croquants aux
amandes, les biscotins d'Aix, les oreillettes, les gâteaux aux pignons de pains, les tartes dans
le Comtat, les ganses à Arles, les bugnes dans le Queyras.

- Nougat blanc aux amandes (mais aussi aux noisettes, pignons ou pistaches).

- Nougat noir, au miel et aux amandes de Provence

- Cédrats confits.

- Pâte de coing

On peut aussi servir des calissons d'Aix (sur ce point, tout le monde est à peu près d'accord),
des melons confits (ou d’autres fruits confits d’Apt), des papillotes, de la confiture de pastèque.DSCN1883#001

- Les fruits secs, « li pachichoi », les mendiants : noix (on peut aussi mettre des noisettes), amandes, figues et raisins secs

- Les fruits de saison : poires, oranges (ou mandarines, clémentines), dattes (qu’on peut farcir de pâte d’amande).

Peuvent également partie de la liste : du raisin blanc (variété servan), des prunes de Brignoles (ou des pruneaux), le melon de Noël (le vert dit « Verdau » ou le jaune). On retrouve aussi des fruits locaux comme les arbouses et les sorbes. Ces desserts sont servis avec du vin cuit.

On peut aussi servir du « cachat » piquant, un fromage fermenté auquel on ajoute souvent de l’eau
de vie de marc.DSCN1884#001

Une fois cet ensemble constitué, www.rene-84.com vous conseille de faire un vœu.


Le site www.notreprovence.fr nous donne d’intéressantes explications sur la symbolique des différents composants de la liste des treize desserts.

« La pompe à huile, véritable tradition provençale, qu'il faut présenter rompue, comme Jésus le fit avec le pain, et non coupée au couteau. Autour de la pompe à huile, la représentation des ordres religieux : les 4 mendiants.

Leur couleur sombre rappelant celle des robes des ordres des mendiants : les noix ou noisettes
représentent l'ordre des Augustins, les amandes celui des Carmélites, les figues sèches, celui desDSCN1885#001
 Franciscains et enfin les raisins secs

symbolisent l'ordre des Dominicains. Le nougat noir et le nougat blanc représentent les pénitents.
Viennent ensuite les dattes, figues séchées et autres fruits d'Extrême orient, rappelant l'origine des Rois mages. »

Dernier détail, la tradition, qui ravira les gourmands, veut que l’on mange un peu de chaque dessert pour s'assurer bonne fortune pendant toute l’année.

www.gralon.net évoque une autre tradition associée à Noël et aux 13 desserts, celle des nappes.DSCN1882#001
 La table de réveillon doit être recouverte de trois nappes de taille décroissante qui symbolisent la sainte Trinité et servent pour trois repas : le réveillon, le repas du jour de Noël et le soir du 25 décembre. La tradition veut que l’on décore la table avec le « blé de Sainte-Barbe » et une branche de houx porte-bonheur et que l’on mette un couvert de plus que le nombre de convives : le couvert du pauvre.
Enfin, le site www.contesdenoel.com  propose de succulentes recettes de plats festifs.
Bonnes fêtes à tous.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by redig-web.com capucine30 - dans Traditions
commenter cet article

commentaires

daphne44 04/12/2011 15:22

belle tradition qui perdure , merci pour l'article , que de bons souvenirs

capucine30 06/12/2011 08:30



J'essaierai d'aller faire des photos de l'exposition qui a lieu dans mon village pour avoir une "vraie" table des 13 desserts. Ma photo a été réalisée avec ce que j'avais sous la main.



Présentation

  • : Le blog de capucine30
  • Le blog de capucine30
  • : Je possède un petit jardin dans le Gard où je cultive fleurs et arbustes. Et un potager où je m'éclate entre tomates et herbes aromatiques. Je vous raconte leur vie au jour le jour, avec mes réussites mais aussi mes échecs. Je vous montre les photos de mes endroits préférés. Je vous fais part de mes trouvailles : lectures, bons plans, idées de balades. Dans le Gard ou ailleurs.
  • Contact

Recherche