Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 17:02

                                                                                                                                                                                                        
null
Planté il y a vingt ans, le néflier (ou bibacier) a bien prospéré. Au fil des ans, il a dépassé le mur d'enceinte et pris de l'ampleur. Les oiseaux aiment bien s'y cacher.

Et pendant les grosses chaleurs méditerranéennes, les plantes de la véranda aiment son ombre bienfaisante.

Tradescantias (misère), surfinias et fuschia y trouvent là une atmosphère agréable. Juste au dessus des belles de nuit.  
Le  néflier du Japon est un arbuste persistant aux feuilles coriaces. Inutile de chercher à les composter.
En automne, il produit de grandes bractées de fleurs blanches, annonciatrices des futures récoltes. En Extrême-Orient, d'où il est originaire, il peut atteindre 10 mètres de haut.

En pot, il demande des arrosages copieux en été. En pleine terre, il se débrouille pour aller puiser l'eau dans le sol. Il se reproduit naturellement par la germination des noyaux tombés au sol.
Il est rarement l'objet d'attaques d'insectes ou de maladies. Si les bords des feuilles se dessèchent, c'est qu'il manque d'eau.

Photo Capucine30 DLWeb

Partager cet article
Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 12:50

Aujourd’hui, c’est la Saint Fiacre, le patron des jardiniers. D'origine irlandaise, il est venu s'établir comme ermite en Brie, dans la forêt de Breuil, proche de Meaux. C'était au VIIe siècle.
Rapidement, il acquiert une grande renommée, les malades viennent le voir de plus en plus nombreux et de plus en plus loin. Il leur assure hospitalité et réconfort grâce au potager qu'il cultive sur le terrain que l'évêque de Meaux lui a octroyé. C'est pour cela qu'il est devenu le patron des jardiniers.

Puisse-t-il vous inspirer quand vous sèmerez, repiquerez, taillerez.

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 12:43

Parmi les végétaux qui ne craignent ni le soleil ni la sécheresse, les sédums (famille des Crassulacées). Certains ont été importés directement de la garrigue toute proche (photo ci-contre).

Leur floraison, jaune pâle,  n'est pas vraiment spectaculaire mais elle apporte une petite note de couleur acidulée à côté de la pelouse, mon "tapis de graminées sauvages" comme je l'appelle, qui a pris des vacances, faute de pluie salvatrice.
Par contre, le sedum spectrabile (ci-dessous) avec ses petites fleurs rose a belle allure dans sa jolie poterie.
En en plus, il se bouture facilement.

 Photos Capucine30 DLWeb

 

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 12:37

 

Près d'Anduze, à Générargues exactement, en 1856, un passionné de botanique, Eugène Mazel y planta des plantes récoltées dans le monde entier. bambous, séquoias, magnolias, etc., y prospérèrent grâce à l'eau du gardon tout proche.
C'est aujourd'hui un véritable paradis où il fait bon se promener. Village laotien, labyrinthe, vallon du dragon, etc., autant de curiosités qui méritent assurément le détour.
Une visite incontournable pour tous les passionnés de botanique comme moi.

www.bambouseraie.fr

Photo Capucine30 DLWeb

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 16:59

C'est en 2004 que le citronnier a fait son apparition dans mon jardin.

 Mal placé, au cours de l'hiver 2004-2005, une gelée tardive l'a fait geler et perdre toutes ses feuilles. J'ai passé un temps fou à scruter ses branches, à l'affût de la moindre trace de verdure.

Et comme il était de bonne taille, il a reverdi. Je lui trouvais alors une nouvelle place, dans l'angle de deux bâtiments, exposé au soleil levant.
Ses malheurs n'étaient pas terminés puisqu'au cours de l'été 2005, par manque  d'arrosage, une grande partie de ses  feuilles sécha.
En 2006 et en 2007, il fleurit et de minuscules citrons firent leur apparition.

Mais il était dit que le moment de la récolte n'était pas encore arrivé : arrivés à la taille d'un petit pois, les citrons tombèrent.
2008 fut l'année du citronnier. Résultat : 50 citrons récoltés, dont 45 comestibles. Une grande fierté pour le jardinier amateur que je suis.
Et cette année, c'est bien parti. Il me semble que les citrons sont moins nombreux mais ils sont déjà de bonne taille. L'an dernier, l'un d'entre eux a même atteint la taille d'un petit pamplemousse.

 

Photo Capucine30 DLWeb

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 16:37

    




Beaucoup de jardiniers recommandent
de faire des boutures en enfonçant directement
le tronçon de plante dans la terre. En le trempant
au préalable dans un peu d'hormone de bouturage.
J'avoue que je ne suis jamais arrivée à de grands
résultats avec cette méthode.
Je préfère de loin faire enraciner mes boutures
dans l'eau; en y mettant un morceau de charbon
de bois pour éviter la putréfaction si la température
est trop élevée.
Et à cet effet, je récupère bon nombre de flacons
d'épices vides ou de petites bouteilles échantillons.
Ma dernière trouvaille, ce sont deux vases éprouvettes
qui se prêtent à merveille à l'emploi.
Actuellement, ils servent de pouponnière à de futurs corètes du Japon et à des lauriers roses.















 

Ci dessous, les boutures des bégonia tigre (begonia bowerae, panaché) et acétosa (avec les feuilles au revers rouge), ainsi que celles du tradescienta (plus connu sous le nom de misère) ont franchi l'étape du rempotage.

Photo Capucine30 DLWeb







 

Partager cet article
Repost0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 07:46

L'animal n'est pas dans mon jardin, mais à proximité immédiate. Dans les jardins voisins qui, eux, ne sont pas entourés de hauts murs comme le mien.
Cela fait quatre étés qu'il est apparu un beau matin d'août, dans la vigne d'à côté.  Comme il ne ressemble pas aux lapins d'élevage lâchés par les chasseurs pour la reproduction, je suppose que c'était un de ces lapins que l'on achète pour amuser les enfants et que l'on condamne à vivre en cage. Et à qui on a rendu sa liberté un jour de départ en vacances. Parce qu'on ne voulait ni l'emmener ni le faire garder.






Déjouant tous les pièges (chats et chiens errants, rapaces...) et les pronostics, il a grandi. Il a survécu. Trouvant sa nourriture tantôt dans la vigne, tantôt dans le potager d'Etienne. Ce dernier ne lui en veut pas : il lui a construit un petit abri, il fait même son deuil de quelques pieds de légumes. Le lapin vit sa vie. Je lui ai donné un nom, Liberté.
Au début, il n'était pas rare de le voir faire le tour du quartier, sur la route. Une fois, il passa même entre les pattes de mon husky quand nous revenions de notre balade matinale !

Longue vie à toi, Liberté.

Photo Capucine30 DLWeb

Epilogue : Nous avons vu Liberté pendant environ trois ans, puis il a disparu du jour au lendemain. Il restera une belle histoire, sans fin.

Partager cet article
Repost0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 16:14





Araignée du matin chagrin, araignée du soir espoir
dit un dicton populaire.
Bien que rencontrée un matin au cours de ma visite quotidienne du jardin, celle-ci n'a pas confirmé le dicton.
Je n'aime pas les représentantes de son espèce, mais j'avoue que celle-ci a pour elle une jolie robe.
Pourvu qu'elle ne s'aventure pas dans la maison, elle aura la vie sauve.

Photo Capucine30 DLWeb

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 09:48



J'ai beau savoir qu'il ne faut pas mettre les graines et les pépins de tomates dans le composteur, je le fais quand même.

Et chaque année, au beau milieu d'une potée ou d'une jarre, surgit une plante que l'on n'attendait pas. Les pépins de tomates n'ont pas leur pareil pour germer là où le hasard les dépose. Et cette année, j'ai eu la surprise de trouver des pieds de tomates cerises tenant compagnie à un rosier et à un jeune olivier.

Et je ne vais pas tarder à faire ma petite récolte.

De quoi alimenter en légumes garantis 'bio" un apéritif. Comme quoi cette bêtise a quand même du bon.

Photo Capucine30 DLWeb

Partager cet article
Repost0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 08:00


Quand la chaleur se fait lourde, certaines plantes  apprécient de changer d'air. Je les ai donc installées sur le rebord de la fenêtre de salle de bain, là haut, au nord-ouest.
De bonne taille - les murs font 70 cm d'épaisseur - l'endroit leur procure ombre et fraîcheur.

 Autre avantage, je les ai sous la main, et je peux ainsi mieux surveiller leurs besoins en eau.
Ce mini jardin à la fenêtre accueille donc deux jardinières d'asparagus, deux  de Hébé (de la famille des Véronique) et un pied de passiflore en pot. Cette  dernière ne fleurit pas mais elle a le mérite de former un écran végétal, palissée sur les tuteurs et les barreaux de protection.

Photo Capucine30 DLWeb

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de capucine30
  • : J'ai un petit jardin dans le Gard. J'y cultive fleurs et arbustes. Et un potager où je trouve mon bonheur entre tomates et herbes aromatiques. Je vous raconte leur vie au jour le jour, avec mes reussites mais aussi mes echecs. Je vous montre les photos de mes plantes preferees. Je vous fais part de mes trouvailles : lectures, bons plans, idées de balades. Dans le Gard ou ailleurs. Photos capucine30 Retrouvez  les nouvelles de mes jardins et les actualités du monde végétal sur la page Facebook Jardin en liberté 30
  • Contact

Recherche